Le sevrage de bébé ; la fin d’une aventure

Le sevrage de bébé ; la fin d’une aventure

C’est un fait ; le lait maternel est la meilleure forme d’alimentation à offrir à bébé durant ses premiers mois de vie. Sa composition inimitable est riche en nutriments spécifiques au nourrisson et convient parfaitement à ses besoins nutritionnels primaires. De plus, l’allaitement réduit de beaucoup les risques d’infections diverses (gastro-intestinales, voies respiratoires, etc.) et de contracter certaines maladies.

Pour ses bienfaits, la Société canadienne de pédiatrie recommande l’allaitement exclusif de bébé jusqu’à 6 mois de vie. Du côté de Santé Canada, on préconise « l’allaitement exclusif jusqu’à l’âge de 6 mois et en combinaison, jusqu’à l’âge de deux ans ou plus longtemps, avec une alimentation complémentaire adéquate ». L’Organisation mondiale de la santé (OMS) va dans le même sens et recommande vivement l’allaitement exclusif de 0 à 6 mois, puis poursuivi jusqu’à au moins 2 ans.

Ces recommandations se basent sur des études scientifiques qui font état des meilleures pratiques du point de vue de la santé de l’enfant. Elles ne tiennent cependant pas compte de nombreux facteurs qui peuvent mettre fin plus rapidement à l’allaitement.

Le sevrage survient-il toujours de façon abrupte ? Quelles sont les raisons invoquées par les mamans pour interrompre l’allaitement ? Comment est vécue cette phase de transition dans la vie de bébé et de maman ? Effectuons ensemble un petit tour d’horizon pour mettre en lumière cette étape importante qu’est le sevrage de bébé.

La même aventure, des parcours différents

Même si chaque histoire est composée d’un début, d’un milieu et d’une fin, rares sont celles qui se répètent. Il en va de même pour le parcours de l’allaitement qui s’amorce, se vit et se termine d’une façon différente dans chaque famille. C’est un cheminement unique, tout autant que vous l’êtes, vous et votre bébé.

La finalité de cette aventure, c’est l’étape du sevrage. À ce moment, selon l’âge de bébé et le stade de son développement, l’enfant compensera ses besoins énergétiques avec du lait maternisé, du lait de vache ou de la nourriture solide.

Il existe divers types de sevrages :

  • Le sevrage naturel, initié par bébé, est un arrêt de l’allaitement généralement doux où l’enfant est prêt à délaisser le sein de sa mère. De façon autonome et innée, il se tourne vers des quantités plus importantes de nourriture et l’allaitement devient alors obsolète pour lui.

 La Leche League, un organisme reconnu mondialement pour son information, son éducation et sa promotion de l’allaitement, soutien que le sevrage naturel se manifeste normalement chez l’enfant entre 2,5 et 6 ans.

Aujourd’hui, le sevrage naturel est un sujet toujours tabou et les mamans qui y aspirent ne sont encore qu’une minorité malheureusement.

  • Le sevrage planifié, entrepris par la mère, se produit alors que maman décide elle-même de mettre un terme à l’allaitement, sans que l’enfant ait démontré de signes qu’il est prêt à y mettre fin.

 Plusieurs raisons poussent les mères à agir ainsi : l’impression de ne plus avoir de lait, peur/malaise d’allaiter un bébé avec des dents, début d’une nouvelle grossesse, désir de partager cette tâche avec papa et de ne plus être la seule à devoir combler ce besoin, allaitement douloureux ou complications (mastites, crevasses, engorgement, lymphangite, abcès, etc.), un retour au travail ou le placement de bébé en garderie, une pression de l’entourage (conjoint, famille, amis), etc.

Et parfois, le cœur n’y est tout simplement plus et la maman ne ressent pas le besoin de poursuivre l’allaitement outre mesure.

Pour réussir ce type de sevrage, il est de mise de ne pas couper les tétés soudainement, mais plutôt d’y aller progressivement en remplaçant un à quelques boires par jour, par un biberon. Cela réduira les risques de complications pour la maman et sera une plus douce transition pour bébé.

  • Le sevrage abrupt (ou brutal), beaucoup plus rare heureusement, survient de façon spontanée. C’est le cas notamment lors d’une séparation prolongée et imprévue de la maman et du poupon ou à cause d’une maladie grave contractée par la mère.

 Ce type d’arrêt de l’allaitement n’est pas souhaitable, car il peut être traumatique pour l’enfant et engendrer des problématiques chez la maman.

Ainsi, il existe autant de scénarios différents que de parcours d’allaitement. Entre l’arrêt précoce (alors que l’aventure commence à peine), le sevrage temporaire, le sevrage planifié et le sevrage naturel, il subsiste un large spectre de possibilités. 

Maman et bébé, un consensus

« Il n’est pas un peu vieux pour être allaité ? »

« Quand penses-tu arrêter ? »

« Il faudra sevrer ton bébé avant que celui-ci entre en garderie ! »

« Ton lait ne suffit plus, il n’a pas l’air de prendre de poids ! »

Qu’ils soient parents ou pas, il semble que l’entourage se sente parfois concerné par les choix fait en matière de parentalité. L’allaitement n’y échappe pas et tous y vont de petits commentaires, recommandations (quelques fois erronées), remarques, etc.

Les mamans allaitantes, principalement celles qui prolongent l’exercice au-delà des 6 mois de bébé, se voient régulièrement pointées du doigt. Des mamans, jugées à tort de « trop fusionnelles et protectrices » envers leur nourrisson, finissent par abandonner l’allaitement en dépit de leur propre désir, uniquement pour en finir avec le bourdonnement incessant des commentaires à leur égard.

Chez Ü Baby, nous sommes d’avis que personne ne devrait s’interposer dans les choix que nous faisons pour nos enfants. La décision du sevrage précoce ou tardif nous appartient. Il devrait relever d’un consensus commun entre la maman et le bébé, lorsque l’un ou l’autre (ou les deux) est prêt à faire la transition.

Un deuil parfois difficile

Le sevrage, c’est synonyme de la fin. Une page qui se tourne, un livre qui ne sera plus jamais ouvert. D’après la façon dont se termine l’aventure, les sentiments de maman peuvent être mitigés : soulagement, culpabilité, déception, tristesse, inquiétude, nostalgie, etc.

Pour beaucoup de femmes, il s’agit d’une étape difficile à vivre. Le détachement de l’enfant, les adieux aux petits moments de complicité en tête à tête, l’impression de ne plus avoir cette proximité unique avec bébé, le sentiment d’être soudainement inutile et voir son enfant grandir peut laisser une impression douce-amère. Un véritable deuil qui devra être vécu tel que la maman l’entend. Puis, doucement, de nouvelles expériences feront place à l’allaitement, permettant ainsi de créer des liens puissants et des souvenirs tout aussi mémorables.

Cette phase de deuil est loin d’être un passage obligé auquel doivent se restreindre toutes les mères allaitantes. Bon nombre de ces mamans regardent leur parcours d’allaitement avec reconnaissance, bonheur et fierté. Un sentiment d’accomplissement incomparable d’avoir donné, sur une période qui leur est propre, le meilleur d’elle-même à leur bébé. 

 

 

Rejoignez dès maintenant le groupe Facebook privé Maman proximale - Ü Baby pour échanger avec d’autres mamans sur les sujets qui vous touchent le plus.

 

 

 

📸: Naomie Gagnon Photographe 

Sources :

https://academic.oup.com/pch/article/9/4/259/2648591

https://naitreetgrandir.com/fr/etape/0_12_mois/alimentation/fiche.aspx?doc=naitre-grandir-bebe-sevrage-allaitement

https://www.lllfrance.org/vous-informer/fonds-documentaire/allaiter-aujourd-hui-extraits/1598

https://naitreetgrandir.com/fr/etape/0_12_mois/alimentation/fiche.aspx?doc=naitre-grandir-allaitement-maternel-avantage

https://www.soinsdenosenfants.cps.ca/handouts/breastfeeding

https://www.who.int/elena/titles/breastfeeding_education/fr/

https://www.lllfrance.org/1132-50-et-le-sevrage-comment-ca-se-passe

0 comments

Leave a comment

All blog comments are checked prior to publishing

Hello You!

Join our mailing list

Net Orders Checkout

Item Price Qty Total
Subtotal $0.00
Shipping
Total

Shipping Address

Shipping Methods